Au secours ! J’ai une amie féministe !

Et surtout : comment s’en débarrasser ? En premier lieu, pas de panique. Il existe des solutions. Afin de combattre au mieux ce mal, il est important de savoir à quoi nous avons à faire.

Définition du féminisme selon le Larousse

Quand on pense au féminisme, on pense à des femmes frustrées sexuellement voulant castrer les hommes et dominer le monde avec des cupcakes. Mais d’après le Larousse, ce n’est pas cela. Pour le dire autrement, être féministe serait être pour l’égalité.

Mais « étendre » ? Ça veut dire que les femmes veulent avoir tous les droits et oppresser les hommes ?

Non non. Juste obtenir tous les droits qu’ont déjà les hommes. Wikipédia donne une définition plus précise « Il [le féminisme] s’incarne dans des organisations dont les objectifs sont d’abolir les inégalités sociales, politiques, juridiques, économiques et culturelles dont les femmes sont victimes.», mais certains pourraient me rétorquer que Wikipédia n’est pas très fiable[1].

Mais pourtant les femmes ont déjà les mêmes droits que les hommes ? C’est pas en faire un peu trop là ! Les femmes ne sont quand même pas des victimes !

Si l’on prend les textes de lois, c’est vrai : les femmes ont les mêmes droits que les hommes. Le droit d’étudier de travailler et de voter. Mais dans la réalité, ce n’est pas exactement la même chose. Il suffit de prendre en considération la différence de salaire entre les hommes et les femmes pour se rendre compte qu’il reste encore du chemin à parcourir. « En 2010 dans le secteur privé et semi-public, les femmes ont en moyenne un salaire inférieur de 19,7% à celui des hommes »[2]

Mais le combat féministe ne devrait-il pas se faire plutôt dans des pays tels que l’Inde ? Ou l’Arabie Saoudite où la femme n’a même pas le droit de faire du vélo ?

Évidemment qu’on est mieux lotis que beaucoup de femmes dans le monde. Mais ce n’est pas une raison pour ne pas réfléchir à notre condition de femme ici, dans la société française. L’un n’empêche pas l’autre. Comparer le statut de la femme en Inde à celui de la femme en France serait comme refuser une alimentation saine et équilibrée parce que des milliers de gens meurent de faim dans le monde. Ce n’est pas parce qu’ils ne peuvent pas manger que vous devez vous empiffrer de tout ce qui vous tombe sous la main.

De toutes façons, les féministes occidentales n’aiment pas les hommes.

Il existe un terme pour ceux n’aimant pas les hommes : c’est la misandrie. Il ne faut pas confondre misandrie et féminisme. Les féministes sont pour l’égalité des droits alors que les misandres n’aiment pas les hommes. La misandrie [3] est une des deux formes de sexisme avec la misogynie[4].

Donc si on récapitule, les féministes veulent l’égalité sans couper de couilles ?

Voilà. Peut être qu’il existe des personnes se disant féministes et voulant dominer les hommes. Mais je n’en connais pas.

Mais pourquoi pas humaniste ou égalitaire dans ce cas ?

Parce que féministe est un point de vue : celui des femmes. Cela ne veut pas forcément dire que les hommes ne peuvent pas être féministes, mais qu’on est à la recherche de l’égalité pour les femmes. Crêpe Georgette l’explique beaucoup mieux que moi.

Le féminisme est un courant de pensée incluant plusieurs disciplines comme la socio, la philo ou encore la psycho.
En définitive, les féministes ne sont pas seulement des grosses relous voulant castrer les hommes. Mais simplement des personnes conscientes qu’il reste du chemin à faire avant que l’égalité ne soit totalement acquise dans la loi, les faits et les mœurs.

Vouloir l’égalité. Ni plus, ni moins. Et vous, êtes vous aussi une putain de féministe ?

amiafuckingfeminist

[1] Mais ce n’est pas vrai ! Vinvin l’explique beaucoup mieux que moi.

[2] Ministère des Affaires sociales et de la Santé, L’égalité entre les femmes et les hommes – Chiffres Clés, Paris, Édition Discom, Mars 2013. p. 77

[3]misandre (adjectif et nom) : Qui éprouve du mépris, voire de la haine, pour le sexe masculin ; qui témoigne de ce mépris. (S’oppose à misogyne.)

[4]Bien que ces deux formes ne soient absolument pas comparable. La misandrie n’est pas sytémique et n’a jamais tué quelqu’un.e. Contrairement à la mysogynie.

2 Commentaires

  1. Khor

    En général, quand les gens disent ça, ils veulent dire « j’ai une amie / une collègue féministe MILITANTE tendance lourdingue ». Les militants politiques sont souvent pénibles : ils ramènent la conversation à leurs thèmes favoris, vous refilent des tracts à lire, and so on. Cela n’est d’ailleurs pas propre aux communistes, on trouve ce genre de personnes dans tous les mouvements qui prétendent changer la société pour le mieux.

    Répondre
  2. Mendosa

    L’article ne répond pas à la question. Dommage.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *