It’s complicated

twin-niwt-sweifellos

Si je devais classer mon statut « relationnel » sur Facebook, ce serait ça: c’est compliqué. Compliqué parce que je ne rentre pas dans les cases – ou plutôt je pourrais cocher cette case « in an open relationship » – si seulement je n’avais qu’une relation.

C’est compliqué, pas pour moi non, mais compliqué à expliquer. Parce que j’ai fait ce choix, il y a pas si longtemps, de tenter l’expérience du « couple libre » et que j’y ai pris goût. D’autres appelleraient ça du libertinage, ou du polyamour, mais je ne suis à l’aise avec aucun de ces termes. Relation ouverte ? Relation non exclusive ? Je ne sais pas vraiment quel nom mettre là dessus, mais voilà. J’ai décidé que je ne souhaitais plus me limiter à un partenaire. Et c’est parfois compliqué pour les autres de le comprendre, et encore plus de l’accepter.

Car j’ai des histoires, et même plusieurs. Il y a cet ami avec qui je partage beaucoup de tendresse, de discussions, de bons moments, et avec qui je couche de temps en temps. Il y a cette fille qui pourrait être une amie si on ne se retrouvait pas régulièrement dans le même lit à s’embrasser, se caresser, et autres choses. Il y a cette relation qui pourrait être ce qu’il y a de plus près de la notion de « couple » s’il ne vivait pas aussi loin. Il y a cet autre ami qui est un peu mon âme soeur sexuelle – mais avant tout un ami. Et les autres. Le fait est que je butine. Je ne me limite pas – si je fais une rencontre intéressante, si j’ai envie, je ne me pose pas de questions. J’ai des partenaires variés, avec qui je partage des choses différentes, et que je vois régulièrement – qui savent tous quelle est ma situation. Et puis j’ai une relation qu’on pourrait qualifier de principale, et qui est basée sur cet accord explicite : on a le droit de baiser ailleurs, ça ne change rien entre nous.

Outre le fait de réflexions et d’opportunités qui m’ont menée à cette situation, cette décision est basée sur deux prises de conscience : je ne suis pas prête à abandonner mon mode de vie et ma « liberté » pour une seule personne (mais on y reviendra), et je considère que le sexe n’est pas nécessairement porteur d’un lien émotionnel – après tout, en 2014 le sexe n’est plus quelque chose de sacré – on couche sans sentiments, on baise, on drague, on s’amuse sans se poser de questions – alors pourquoi cela changerait-il lorsqu’on est dans une relation ?

Cela reste un choix très personnel, et si on commence à entendre de plus en plus parler de ce type de « relation », je suis bien souvent confrontée à de l’incompréhension, voire de l’agressivité de la part des gens à qui j’explique ce choix et mes motivations. J’ai donc eu envie de prendre la parole en public (enfin, ici) pour expliquer tout cela – et j’espère pouvoir générer réflexions et discussions.

Photo – Tumblr

12 Commentaires

  1. Pingback: De Bi à Queer | La Quête de la Sainte Culotte

  2. Comme une image

    Ah la la ! Tout ce long article pour dire que tu es célibataire…
    (Je plaisante, je plaisante…)

    Ça m’étonne que ce genre de positionnement déclenche hostilité et incompréhension, c’est pourtant dans l’air du temps (ceci dit sans moquerie) ; mais j’ai sans doute tendance à penser que l’esprit de tolérance des personnes que je fréquente est généralisé (alors qu’il est sans doute une des raisons pour lesquelles mes fréquentations sont mes fréquentations).

    Tout ça pour dire que très à l’écoute de ces modes de relation « émergents » (j’en profite pour recaser mon conseil classique de l’ouvrage « la déliaison amoureuse »), je n’ai encore rien trouvé de convaincant sur comment faire – et surtout élever – un (voire des) enfant(s) dans ce genre de situation (si on l’imagine durable et non transitoire).

    Répondre
    1. Sophie (Auteur de l'article)

      Ma situation est un peu… instable en ce moment dirons nous, ce qui s’est peut être lu dans ce post 😉

      C’est vrai que c’est dans la tendance, et on en parle de plus en plus pourtant je suis toujours étonnée des réactions d’incompréhension et des jugements. La plupart du temps les gens ne croient simplement pas que ça puisse fonctionner…

      Je suis encore loin d’avoir des enfants (enfin pas tant que ça techniquement mais dans ma tête, si), je pense que ça demande quelques arrangements.
      Lis-tu le blog d’Audren http://lesfessesdelacremiere.wordpress.com/ ? Je ne sais pas s’il aborde concrètement ce point mais il est parent 🙂

      Répondre
      1. audren

        Oui, M. CUI vient régulièrement me lire (même si j’imagine que je vise un lectorat un chouia plus ‘débutant’ que lui).

        J’ai quelques articles sur le feu concernant les enfants. Sujet pas simple effectivement. Pour l’instant, le seul qui en parle vraiment, c’est celui-là.

        Répondre
        1. Comme une image

          Mais l’interrogation sur le couple est une interrogation constante, mon cher Audren, donc même si je ne suis pas « débutant » c’est toujours éclairant de se nourrir des avis des autres, que ce soit chez toi ou chez les porteuses de culotte sacrée.

          Répondre
    2. TrulyMadlyLovely Abby

      2014 se dit ouverte d’esprit, mais pas tant que ça. Quand on creuse et qu’on discute avec la majorité « mono-exclusive-possessive », notre discours et point de vue dérangent.

      En dehors de l’entourage qu’on s’est construit selon nos valeurs de couples et de tolérance, on passe vraiment pour des … libertins pourrait-on dire. Vu que c’est encore le seul « délit de couple » qui est à moitié toléré et reconnu dans notre société.

      Si la nana n’est pas en couple, c’est alors une …. salope ? (mais éthique 😉 )

      Répondre
    3. LuLutine

      Comme ça par exemple ?
      http://www.inthemoodforlove.org/Aurore.html

      🙂

      Répondre
  3. Pingback: De la simple « provoc’ » ? | La Quête de la Sainte Culotte

  4. Comme une image

    Par ailleurs, si ça vous intéresse de virer les bidules en anglais qui traînent dans vos commentaires genre « reply » et autres « xx thoughts on », vous pouvez m’envoyer un petit message en off, je me plongerai avec plaisir dans les petits réglages WP…

    Répondre
    1. Sophie (Auteur de l'article)

      Merci pour la proposition! Je ne suis qu’une petite main derrière WordPress, et j’avoue que j’ai pas pris le temps de fouiller plus loin dans les méandres du code (mais j’aurais pu) (comme je pourrais réinstaller WP en français pour changer cet anglais partout)

      Notre principal souci pour le moment c’est que le lien vers theholyculotte.com/page/2 ne fonctionne pas. Les joies d’un thème joli mais pas pratique…

      Bref, je peux t’envoyer un mail si besoin ?

      Répondre
      1. Comme une image

        C’était le sens de ma proposition, oui.
        J’étais (enfin, je suis) modérateur sur le forum wordpress-fr mais je n’y passe plus guère de temps. Et puis on n’y fait pas le support de wp.com ^^

        Répondre
  5. TrulyMadlyLovely Abby

    J’aime cette vision très humaine de faire tomber les barrière entre amour et amitié. Ces relations qui ne portent pas de noms et qui ne se hiérarchisent pas. Elles nous font vibrer – toute sur une fréquence différente – mais de façon délicieuse chacune à leur façon.

    J’aime bien aussi le terme de « lutinage » qui ramène à ton idée de butiner.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *