J’ai posé nue sur les Internets

heels-23

Ceci est une révélation. Ou pas. Outre le fait que je sois bi/queer, polyrelationelle (et autres), je suis aussi le genre de fille qui a des photos d’elle nue sur Internet. Vous vous direz peut être « ça fait un peu beaucoup pour être crédible non ? », mais la vérité c’est que ça ne me semble pas incohérent du tout (au contraire).

J’ai toujours eu un côté un peu narcissique. Jusqu’ici rien d’extraordinaire. Je ne me trouve pourtant pas magnifique – mon amour de moi-même a parfaitement conscience qu’il y a des quantités de filles plus bonnasses que moi –  de mon avis ou de celui des autres. Je ne plais pas à tout le monde, j’ai du mal à sortir sans maquillage et il y a des jours où je me trouve parfaitement dégueulasse. Mais disons que j’ai la chance de ne jamais avoir eu de « gros » complexes, ou du moins d’apprendre à gérer ceux que j’ai comme faisant partie de moi. J’ai des défauts, j’ai des atouts, et j’ai surtout évolué dans un contexte (familial et amoureux) où on m’a souvent répété que j’étais jolie. Je pourrais aussi dire que « par rapport » à d’autres je m’en sors pas trop mal ; mais la façon dont on se voit soi-même est bien souvent une question personnelle et pas de comparaison rationnelle aux autres ou aux « modèles » proposés par la société (sinon j’en connais qui s’aimeraient beaucoup plus qu’elles ne le font…).

Dans ce même contexte, j’ai été élevée sans (trop de) pudeur et sans gêne. Mon corps c’est mon corps, les autres en ont un aussi, on a des seins, des poils, des sexes, des formes, de la peau. On se touche, on se câline, on s’embrasse. C’est la vie. Ce n’est qu’une enveloppe qu’on peut utiliser ou non, montrer ou cacher. Le corps ne relève pour moi pas de l’ordre de l’intime.

Cette dernière phrase est souvent mal comprise. Je ne dis pas que je ne trouve pas ça intime de montrer mon sexe, mais je n’ai pas de gêne de ce côté là. Je me mets facilement topless à la plage, et je me fous de d’écarter les cuisses devant mon médecin (position si peu agréable, qu’on se le dise). Pour moi, le véritable intime est plutôt du côté de l’invisible. Ce qu’on porte en dedans. Les différentes couches qu’on dévoile petit à petit, bien au delà des vêtements. Je reviendrais sur ce sujet mais il y a pour moi des choses beaucoup plus intimes que de coucher avec quelqu’un…

Alors oui, j’ai posé nue. Pour des amis, pour des quasi-inconnus, pour le fun, pour un projet artistique, pour me réapproprier mon corps, pour me trouver belle à nouveau. Les raisons et le contexte n’ont pas vraiment d’importance, car le fond c’est surtout que je m’en fous. Je me fous de me déshabiller devant quelqu’un, de poser nue devant un objectif, de me promener à poil pendant une heure ou deux pour les besoins d’un shooting. La vérité ? Ca m’amuse.

Sur certaines photos, on me reconnait facilement. La première fois qu’on m’a demandé si j’acceptais que ces photos soient publiées sur Internet, j’ai hésité un peu. Mais c’était le deal. M’afficher complètement ? Cacher mon visage ? J’ai réfléchi. Et j’ai dit go. C’es photos sont belles. J’assume. Oui, je pose nue et ces photos sont sur Internet. Oui, d’anciens collègues, des connaissances, peut être qui sait mon futur patron tomberont dessus. Et quoi ? Cela devrait-il changer la vision qu’on a de moi parce qu’on m’a vue nue ?

Les réactions, au final, ont été très discrètes. Quelques personnes m’ont dit « c’est toi ? », oui c’est moi. Sûrement que d’autres sont tombées dessus et n’ont rien dit. Mon ex (qui considérait mon corps comme propriété privée) m’a même dit qu’il me trouvait très belle, même s’il ne comprenait pas pourquoi je m’exposais ainsi. Et puis il y a celles qui m’ont dit « c’est beau ce que tu as fait. je t’envie d’être capable de ça ». Et qui ont (parfois) sauté le pas.

Je considère clairement ce que je raconte sur ce blog beaucoup plus intime et personnel que montrer mes seins ou mon cul. J’estime que si un employeur futur est gêné par la présence de photos de moi en ligne, c’est qu’on ne s’entendra pas. Parce que c’est moi. Moi sans pudeur, moi sans gêne d’être « exposée » ainsi, parce que c’est mon choix, c’est mon corps, et que j’en fais ce que je veux. C’est une démarche à la fois personnelle et artistique, et que je n’arrive pas à considérer comme exhibitionniste pour les raisons expliquées ci-dessus.

Oui, il y a des photos de moi nue sur internet. On me reconnait. Je m’en fous. Je suis fière d’avoir fait ça. Fière d’avoir ignoré les potentiels « qu’en dira-t-on » et d’avoir arrêté de me demander que ce les gens allaient penser de moi – parce que pour moi, montrer mes seins, it’s no big deal. Fière d’avoir fait le choix de montrer ce corps, pas parfait, mais que j’aime quand même parce que c’est avec celui là que je vis au quotidien.

Je serai curieuse d’avoir d’autres témoignages, de filles (garçons ?) qui se sont affichés sur le web, et des réactions. N’hésitez pas à partager dans les commentaires 🙂

Photo Tumblr

8 Commentaires

  1. Comme une image

    Voilà, je serai plus confortable ici pour développer ce que j’entendais par « spontané et excitant à la fois » qu’en 140 caractères sur Twitter !

    Donc, « spontané » parce que je ne sens pas de pose (eh eh !) dans cet article, justement. J’aime la façon simple dont tu partages tes positions tout en sachant qu’elles sont atypiques mais en revendiquant leur spontanéité non calculée. Moi même, je me sens un peu taillé dans le même genre de matériau même si j’ai plus de réticence à dévoiler mon anonymat (pas seulement parce que je suis adultère, mais parce que je ne crois pas la société vraiment prête à accepter largement ce genre de façon de penser).

    Excitant bien qu’il n’y ai rien de racoleur dans cette note (sinon le titre ^^) (tu aurais pu l’illustrer avec une de tes photos, par exemple) et bien que tu aies sûrement écrit cette note en pensant « honni soit qui mal y pense ». Le problème, c’est que je te sens ma semblable, et que mes semblables m’excitent (mon côté concupiscent, en fait !).

    Répondre
    1. Sophie (Auteur de l'article)

      En effet c’est plus clair qu’en 140 car. 😉

      Pas de pose : je crois que ça fait partie de moi, je déteste « faire semblant », je suis très spontanée dans la vraie vie. Petit à petit on se sent un peu plus à l’aise sur ce blog et on se permet plus de choses… et aussi parce que c’est un sujet dont il est « facile » de parler pour moi.

      Je comprends pas bien ce que tu veux dire par « dévoiler ton anonymat » par contre…

      Et non il n’y avait pas de volonté d’exciter en écrivant ce post mais si c’est le résultat, tant mieux 😉

      Répondre
  2. Comme une image

    Sur l’anonymat, tu dis : ui, je pose nue et ces photos sont sur Internet. Oui, d’anciens collègues, des connaissances, peut être qui sait mon futur patron tomberont dessus. Et quoi ? Cela devrait-il changer la vision qu’on a de moi parce qu’on m’a vue nue ?

    Le fait est que, oui, les gens peuvent te cataloguer pour tes opinions, tes mœurs, tes faits et gestes. On pourrait espérer que ça ne soit pas le cas, mais hélas, ça l’est.
    Moi-même, j’ai une exécrable opinion d’un de mes collègues qui ressemble à un éditorial de Valeurs Actuelles à chaque fois qu’il parle politique, mais j’adorerais trouver une photo nue de la fille du marketing du 8e.
    Je juge selon mon propre système de valeurs, donc !
    Effectivement, l’expression « dévoiler mon anonymat » est plutôt liée à mes propres préoccupations. Je veux bien me montrer à poil (au propre comme au figuré) sur mon burp mais je le fais en restant anonyme.

    Répondre
    1. Sophie (Auteur de l'article)

      Je comprenais pas trop la contradiction entre « anonymat » et « dévoiler ».
      Donc non je ne suis pas anonyme sur les quelques photos qui existent de moi en ligne, mais elles ne sont pas non plus rattachées à mon « vrai » nom. Disons que c’est le principe de ce post: expliquer pourquoi j’assume ces photos et pourquoi elles sont en ligne.

      Et pour les opinions qu’on se fera de moi d’après ces photos, tant pis, j’accepte les conséquences positives ou négatives.

      Répondre
  3. Vagant

    Se montrer nue à visage découvert dans un projet artistique est une chose.
    Dévoiler son intimité sexuelle à visage découvert en est une autre.
    Pour répondre à CUI, je comprends que Sophie ne montre pas ces photos ici, car elles feraient le lien entre ceux qui la reconnaissent et ce qu’elle ne veut dévoiler que dans l’anonymat.

    Répondre
  4. Pingback: Chaturbate #2 : de l’autre côté de la cam | La Quête de la Sainte Culotte

  5. Vincent

    Sympathique article. En tant que naturiste, il me semble bien comprendre ta démarche qui est loin de toute exhibition. Les naturistes ne montrent pas leur corps, ils ne le cachent pas, c’est tout. Il y a bien sûr des réactions agressives mais elles ne sont le fait que d’une minorité. L’immense majorité des gens ne s’expriment pas simplement parce que cela leur est totalement égal. C’est d’eux dont il faut se souvenir en cas de réaction excessive.

    Répondre
  6. Pingback: The Holy Culotte, la Quête de la Sainte Culotte | Le Tag Parfait

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *