Les filles aussi aiment le Gonzo

gonzo_05Petit stress alors que je commence l’écriture de ce post – je ne suis pas une experte du porn, tout juste une amatrice, et il est bien possible que cet article soit rempli d’imprécisions. Mais bon, sur THC on a décidé qu’on parlerait de tout et sans tabou, il faut bien se jeter dans l’arène.

Chez les filles de The Holy Culotte, on regarde du porno. Louise plus que moi, je pense, du moins je la connais plus encline que moi à fouiller les tubes et passer du temps à chercher le Tag Parfait (ou du moins, celui qui l’inspire). C’est à dire qu’on fonctionne pas non plus pareil niveau déclencheurs de désir (unbeulieveubeul, les filles ne s’excitent pas toutes pour les mêmes choses !). Je suis une feignasse du porn – j’ai pas la patience d’attendre d’avoir trouvé une vidéo qui me plait, et suis (je crois) extrêmement difficile dans le porn qui m’excite. La vérité, c’est que je cherche la perle rare, le Graal des tubes, la Sainte Culotte des films pornos : un truc qui ne se foute pas de nous, où la fille prend vraiment son pied, et où on ne nous bassine pas avec un scénario à la con.

C’est dit : je suis de ces femmes qui aiment le porn concentré sur l’action. C’est une des caractéristiques du gonzo, d’où mon titre (un peu racoleur, je vous l’accorde). J’aime le sexe, les gros plans, et surtout – surtout – qu’on ne vienne pas perturber mon excitation avec une histoire plus ou moins (et plutôt moins que plus) bien jouée dont tout le monde se fout. Ce que je veux quand je regarde du porn ? Des gens qui baisent. Des gens qui prennent leur pied. De la chatte, des bites, des doigts, des langues et de la mouille. Bref, du cul.

Pourtant, le porn pour femmes est à l’exact inverse (ou presque) de mes attentes. J’aime beaucoup ce que fait Erika Lust*, par exemple, mais je vais être honnête : ça m’excite à peine. Scénarios travaillés et relativement réalistes, acteurs pas trop mauvais et pas trop « siliconés » (ça vaut aussi pour les hommes), esthétique léchée – j’apprécie le tout, c’est beau, c’est sexy, mais ça ne provoque en moi qu’un vague sentiment de divertissement car on ne rentre pas à mon sens au coeur du sujet. Ces scénarios ne sont pas les miens – je ne me raconte pas d’histoire pour m’exciter quand je me touche, je laisse simplement venir les images – si images il y a -, et si je pourrais avoir envie de vivre certaines de ces histoires, je n’ai pas envie de les regarder.

bleu-couleur-chaude-bd

Ce qui m’excite ? Des scènes comme la première fois de La Vie d’Adèle (oh god, que c’était beau) ; cette vidéo de Manu Ferrara enculant Tori Black sur un canapé blanc ; ou même une scène de masturbation ne serait-ce que suggérée (Neuf semaines et demi). Le contexte n’a que peu d’importance, l’essentiel est dans la sensation. Un scénario, même simplifié, me coupe du ressenti pur, vient insinuer un angle qui n’est pas le mien, un tableau dans lequel je ne peux plus entrer.

On associe souvent le gonzo à un style de porno très trash : manque de respect pour les actrices, scènes amateurs de qualité plus que médiocre, acteurs et décors miteux, pseudo « castings »… – et tout ça est vrai, aussi. Malgré mon titre, je n’adhère évidemment pas du tout à tout ça. Ne me parlez pas d’un Pierre Woodman ou je vais vomir.

Je rêve pourtant d’un porn qui tracerait un trait entre ce qui excite (?) les hommes et les femmes (?) – avec des (?) parce qu’après tout, qui a décrété que nos désirs viendraient de sources différentes ? -, un gonzo esthétique et respectueux, un porn qui ne se ment pas en mettant des jolies choses autour, et qui se concentre sur ce qui nous intéresse en le faisant bien : DU CUL. Je veux voir un porn qui pourrait être ma vie sexuelle (en mieux), un porn trash, un porn qui se lâche, un porn sincère, un porn qui ne cache rien et ne nous ment pas (et des filles qui jouissent pour de vrai, bordel).

sex-porn

En attendant je traîne sur Tumblr avec ma main et mon vibro, où les photos plus ou moins explicites ne me racontent pas d’histoires et laissent toute la place à mon imagination… Et si vous avez des suggestions pour répondre à mon idéal, à vous les commentaires !

Tiens aussi, à lire pour (encore) un autre point de vue, La femme est un homme comme les autres sur le Tag.

*Erika Lust qui d’ailleurs ne se déclare pas comme réalisatrice de porno mais de « films érotiques »

La photo du début ne cherche pas à faire l’apologie de la zoophilie, mais est extraite du livre « Gonzo » sur le style de journalisme qui inspira le nom donné au porn.

Extrait de la BD « Le bleu est une couleur chaude »

Photo tumblr

11 Commentaires

  1. Comme une image

    Je crois que j’aurais pu écrire exactement la même note sauf que je ne garde aucun souvenir érotique de 9 semaines ½, et que je ne connaissais pas Pierre Woodman (toujours pas, d’ailleurs, ton lien fait un 404 – parce que l’équipe relecture glande les pieds nus dans l’herbe).

    Finalement, le meilleur film de cul ne serait-il pas un film bien léché (!) avec toi & ton meilleur coup comme acteurs ?

    Répondre
    1. Sophie (Auteur de l'article)

      C’est pas une perte de pas connaître Woodman, vraiment…

      Je pense pas que j’aimerais me voir baiser honnêtement, et ça me dérangerait pas que ce soit plus trash que ma vie sexuelle ^^ (ou qu’il y ait plus que 2 personnes)

      Répondre
  2. Comme une image

    Tiens, le site du Tag Parfait remarche.
    Je ne sais pas ce que ça veut dire, « fap » et j’ai vu quelques unes de ces vidéos de casting ; ça se passe toujours de la même façon et c’est booooring. Typiquement le genre de film où la nana ne prend pas le moindre plaisir. Moisi.
    Je préfère ta vidéo de Manuel Ferrara. Y en a une très chouette aussi qui se passe dans un parking, toujours avec Manolo et une fille asiatique. Tu dois connaître !
    Je vais essayer de retrouver un lien vers une vidéo que j’ai trouvée et que j’avais trouvée excitante ; j’aimerais un avis féminin !

    Répondre
    1. Louise

      Le Fap est le bruit de la masturbation masculine (fap fap fap). Il s’agit donc tout simplement de la masturbation.

      Pour Pierre Woodman, c’est pire qu’un simple casting ennuyeux. Il y a à mon sens un vrai problème (certaines filles vont jusqu’à pleurer et exprimer leur « non » alors qu’il continue…)

      Pour la scène du parking dont tu parles, il s’agit de l’actrice Kristina Rose. Et bien qu’aimant beaucoup beaucoup Manuel ferrera, je déteste cette scène. Elle me met extrêmement mal à l’aise. Elle exprime des sentiments qui à mon sens n’ont rien à faire dans un porn. Un peu comme si ton plan cul se mettait tout d’un coup à te dire qu’elle t’aime et qu’elle a besoin de toi. En fait, j’éprouve de la peine pour elle qui a l’air en transe dans des sentiments non partagés. Manuel lui même est revenu sur cette scène expliquant que lui aussi se sentait mal à l’aise.

      Répondre
      1. Comme une image

        (Je tendrais l’oreille la prochaine fois pour voir si ça fait fap fap fap mais ça rend sourd.)

        D’ailleurs j’écoute souvent le porno en mode mute pour des raisons de discrétion (j’ai une consommation de porno pratiquement réduite à ce que j’appelle la « masturbation hygiénique ») donc je n’ai pas forcément fait attention à ces « je t’aime » et je ne pense pas qu’ils m’auraient gênés. C’est bizarre, d’ailleurs, la réaction de M.F. : c’est un film, non ?

        Bon, sinon, j’ai retrouvé le film évoqué plus haut : c’est ici, sur Xhamster.
        Je crois que c’est le tag « female choice » qui m’intrigue (le fantasme du viol, tout ça).

        Répondre
        1. Louise

          Manuel Ferrera a un rapport au porno assez différent de beaucoup d’acteurs. Son but est de prendre son pied et de montrer ma connexion entre les acteurs à l’écran. Il n’est donc pas là que pour la performance, il baise à l’écran comme il baise à la ville.
          En ce qui me concerne, quand je regarde du porno, il faut que ça ait l’une scène qui me mettrait mal à l’aise dans la vie privée, me met aussi mal à l’aise à l’écran.

          Par exemple, il y a certaines vidéos kink que je ne peux pas regarder. Même si la fille dit avant et après qu’elle a adoré et qu’elle a vraiment pu réaliser ce qu’elle voulait, le fait qu’elle pleure pendant ou ait l’air de souffrir, ça me glace. Et je change.

          L’itw de MF dont je te parlais est sur Le Tag Parfait.

          Répondre
  3. Vagant

    C’est curieux, j’aurais pu écrire un texte opposé. Ce qui me plait parfois dans le porno, ce sont les vieilles productions françaises des années 80~90 avec ses foufounes poilues, ses scenarii bidons, ses bourgeoises nymphomanes et ses chastes épouses qui deviennent libertines, des fellations où l’homme ne prend pas la tête de la fille pour l’enfoncer sur sa bite jusqu’à la nausée, et quand arrive la scène de cul, je la passe en accélérée parce que je ne trouve rien de plus ennuyeux que de regarder deux minutes de pénétration dans la même posture.

    Répondre
    1. Vagant

      J’en rajoute une couche: http://www.lefff.fr/index.html

      Répondre
  4. Pingback: The Holy Culotte, la Quête de la Sainte Culotte — Le Tag Parfait

  5. Miss Flo

    Les films pornos qui me plaisent le plus sont ceux qui mettent en scène Stoya, c’est une femme magnifique, souriante et dont le plaisir pris est totalement communicatif.

    Les films d’Erica Lust me parlent aussi :). Elle produit un beau porno.

    Répondre
  6. Pingback: J’aime pas le porn | La Quête de la Sainte Culotte

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *