Le violeur est il un inconnu ?

Ne porte pas de jupe trop courte, ou tu te feras violer.
Ne te maquille pas trop pour sortir, ou tu te feras violer.
Ne rentre pas trop tard, ou tu te feras violer.
Ne sors pas seule, ou tu te feras violer.
Ne prends pas les ruelles sombres, ou tu te feras violer.
Ne laisse pas penser que tu es sexuellement disponible, ou tu te feras violer.
N’ai pas un comportement déplacé, ou tu te feras violer.
N’allume pas les hommes en boite, ou tu te feras violer.
Ne fais pas d’auto-stop, ou tu te feras violer.
Ne parle pas aux inconnus, ou tu te feras violer.

Écoute ce que je te dis, ou tu te feras violer.

C’est en tout cas ce qu’on nous répète inlassablement depuis que nous sommes femmes et filles. Parce que si nous n’avons pas le bon comportement, nous serons punie par le viol. Ce n’est pas celui qui prodigue ces conseils qui violera. Non. C’est la société, les autres, les inconnus qui punissent les mauvaises filles par le viol.

Mais n’y a-t-il que les inconnus qui violent ?

Chiffres sur le viol

D’après les chiffres d’une étude de l’INED parue en 2008la majorité des agresseurs sexuels sont déjà connus des victimes. Pire, les inconnus représentent seulement un quart des agresseurs. Mais qui sont donc les trois « autres » quarts ? Des personnes issues de l’entourage de la victime : un membre de la famille, le conjoint/partenaire ou une autre personne connue. D’après les chiffres sur les rapports forcés – donc une agression sexuelle allant jusqu’au viol – vous avez plus de chance de vous faire violer par un membre de votre famille (21%)[1] ou par votre conjoint (34%) que par un inconnu (19%). Vu sous cet angle, le viol tel qu’on se l’imagine (agressée dans une ruelle sombre, un couteau sous la gorge) n’est finalement qu’un cas sur cinq…

Violence

Je ne minimise pas ce cas sur 5. Aucune femme ne devrait connaitre le viol par un inconnu. Aucune femme ne devrait connaitre le viol. Personne ne devrait connaitre le viol. Mais pourquoi focalise-t-on notre attention sur ce cas sur 5 ? Pourquoi est-ce qu’on nous martèle donc de se méfier des inconnus ? Pourquoi ne pas nous expliquer que le danger peut venir de ceux qu’on connait ? De ceux en qui nous avons confiance ?

Pourtant d’après ces chiffres, les risques d’agressions sexuelles hors d’un cercle de connaissance sont beaucoup moins importants qu’on nous le laisse croire. Si l’on voulait vraiment préserver la femme du viol, on lui expliquerait que le rapport sexuel forcé peut aussi venir de n’importe où. Si l’on voulait vraiment préserver la femme du viol, on apprendrait aux hommes ce qu’est une agression sexuelle – et ce même dans le cadre d’une relation amoureuse/conjugale.

Si on voulait protéger la femme, on apprendrait aux homme à ne pas violer.

[1]
Rapports forcés :
Père-Beau-Père : 8%
Homme de parenté : 13 %
Dans 21% des cas, il s’agit donc d’un membre de la famille

Merci au Croisant Bleu pour son illustration et la création de notre nouvel avatar tout beau !

5 Commentaires

  1. Fred

    Merci pour ce petit rappel fort utile !
    Les cas de viols dont j’ai hélas eu connaissance ont toujours concerné des proches des victimes… -_-

    Cette part minoritaire de l’inconnu dans le viol me rappelle un épisode de la série «Criminal Minds» : « On apprend à nos enfants à se méfier des inconnus, mais ceux-ci ne représentent qu’une fraction des agresseurs qu’ils sont susceptibles de rencontrer. » (citation de mémoire, donc très imparfaite)

    Répondre
    1. Louise (Auteur de l'article)

      Merci pour ce commentaire !

      Effectivement, on se concentre souvent (toujours ?) sur le danger que représentent les inconnus. Un article est en préparation sur pourquoi se focalise-t-on là dessus 😉

      Répondre
  2. A

    C’est bien dit. Et c’est toujours utile de faire ce genre de rappel. Il faudrait que plus de monde est conscience de tout cela.

    Répondre
  3. Pingback: La peur du viol est une arme | La Quête de la Sainte Culotte

  4. Spangle Durac

    Bonjour. Dans le cadre de la conscientisation sur les circonstances réelles des viols, j’ai commencé à recueillir des témoignages… de violeurs repentis. Ceci, non pour les aider ou leur donner la parole, mais pour aider à éviter d’autres viols, en montrant comment ils arrivent réellement. J’ai demandé à ces personnes d’exprimer uniquement leurs dispositions d’esprit lorsqu’ils ont agressé leur victime. Voici la page où je propose ces témoignages : http://losquimord.wordpress.com/projets/projet-zone-grise-viol/

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *