De couple et de sexe à trois

threesome-is-excellent

Il y a quelques temps, nous avons reçu un mail d’une lectrice qui nous demandait si on avait déjà écrit à propos de « plan à trois ». On s’est regardées avec Louise et on a réalisé que non, malgré nos expériences mutuelles, on n’a jamais pris le temps d’élaborer sur ce sujet… et pourtant ! Il y en a des choses à dire, des émotions, des sensations à raconter. Il y a eu ces nuits où tout dérape, des histoires plus ou moins longues, des baisers échangés, des caresses, et plus…

Et puis j’ai l’impression que le threesome (plan à trois) c’est un peu comme les sextoys ou la sodomie : un truc à la mode, que tout le monde voudrait essayer un jour, pour pas se sentir con et coincé. C’est aussi un classique lorsqu’on parle de nouvelles expériences pour « pimenter » sa vie sexuelle en couple. Les mecs ont souvent ce fantasme d’avoir deux filles (oh combien de regards inspirés j’ai eu quand j’ai annoncé que j’étais bi!) à eux, certaines filles (ce qui n’a pendant longtemps pas été mon cas, je vais donc principalement parler ici d’expérience fille-fille-mec) trippent sur l’idée de deux mecs qui s’occuperaient d’elles, et puis on connait tous quelqu’un qui a essayé. Généralement, une expérience fille-fille-mec semble plus « naturelle » (1), plus facile même lorsqu’on ne se considère pas attirée par le même sexe. J’ai plusieurs amies qui ont eu / ont envie de coucher avec leur partenaire et une autre fille sans pour autant se considérer comme bi, simplement pour l’expérience. Pourtant, comme la sodomie ou les sextoys, ça n’est pas une expérience qui va de soi – je dirais que là encore, tout est une question d’envie, de communication et… d’opportunité.

threesome-2-filles

Quand on parle de fantasme, on imagine souvent un contexte bien précis pour que ça éveille notre désir. En ce qui me concerne, la réalisation de mes fantasmes ne doit pas être trop planifié, sinon ça casse tout. Parmi mes différentes expériences à trois, que ce soit en couple (ou avec un partenaire régulier) avec une 3e personne, ou bien en étant cette 3e personne qui se joint à un couple, j’ai toujours beaucoup plus apprécié mes expériences lorsqu’elles semblaient arriver « par hasard », naturellement, que rien ne laissait présager qu’on allait en arriver là, ce jour là. Je n’ai donc jamais rencontré de fille via des sites de rencontre dans ce but, et au final malgré ma bisexualité assumée depuis toujours, je n’ai pas eu tant d’opportunités – et donc pas tant d’expériences à trois – que ça (certain.e.s vous diraient que si quand même, mais disons que ça m’est rarement arrivé « on purpose« , en cherchant activement à ce que ça arrive). Comme toute alchimie sexuelle ou amoureuse, il me semble qu’il faut un peu de magie, ce truc qui fait que ça fonctionne entre les trois protagonistes, sans quoi on tombe dans un trip relativement superficiel. Je parle là encore pour mon expérience, mais j’ai besoin que mon partenaire trippe sur la fille et inversement, qu’il y ait de la complicité entre eux. J’ai besoin que la fille soit ouverte et à l’aise, qu’elle apprécie autant la pénétration du mec impliqué que mes caresses. Je veux pouvoir les regarder baiser et les trouver beaux, et me sentir aussi à l’aise si le mec me touche et me pénètre, même si il n’est pas mon partenaire.

Bref, tout ceci complique forcément les choses, car si on peut trouver quelqu’un avec qui ça marche à deux, les conditions pour que ça marche à trois sont multipliées par le nombre de partenaires (heureusement, au delà, ça se simplifie beaucoup… on en reparlera une autre fois ^^). C’est là que c’est super important, je crois, de communiquer avec son/sa partenaire si on est en couple. Car oui, intégrer cette fille dans la danse n’est pas un truc qui va se vivre de la même manière chez chacun. Il est peut être utile d’instaurer des « règles » au sein du couple pour ne pas créer de jalousie ou de malaise… Et comme pour une relation de couple ouvert, il me semble qu’il faut une certaine confiance en soi et en l’autre pour ne pas imploser à cause d’une comparaison malheureuse avec cette tierce personne. Acceptez-vous qu’il pénètre l’autre fille ? Acceptera-t-il de vous voir jouir avec elle ? J’ai connu des hommes qui fantasmaient sur un trip à trois, mais pas avec la fille dont ils étaient amoureux – car, je cite, ils avaient peur de la voir prendre plus de plaisir avec une femme (ou pire, avec un autre homme !) et ne se sentaient pas capables de partager. J’ai personnellement vécu ça avec un de mes exs assez possessif qui avait eu l’impression que j’avais joui plus fort avec cette fille qu’avec lui (ce qui n’était as complètement faux, elle m’a donné un de mes plus beaux orgasmes, et ça date pourtant d’il y a pas mal d’années…), et qui avait eu du mal à gérer ce sentiment de jalousie.

threesome-lesbian

Comme pour beaucoup de pratiques, j’insisterai sur l’envie mutuelle. On ne couche pas avec une autre fille « pour lui faire plaisir ». Non non et non. Il y a ce couple que j’ai « fréquenté » pendant quelques semaines, que j’ai vu exploser sous mes yeux lorsqu’elle a fini par réaliser qu’elle se forçait depuis un bout de temps pour lui faire plaisir. Je n’étais pas la première, mais j’étais la première qui lui a réellement donné du plaisir et avec qui elle s’est sentie à l’aise. Elle a mis plusieurs années à réapprendre à s’écouter, à guérir de cette relation (le problème datait de bien avant que je les rencontre, mais je pense avoir été la goutte d’eau de trop…).

Enfin, l’opportunité. Quel mystère. Comment aborder cette fille qui nous plait. Comment proposer à ce couple de les rejoindre. Il y a autant d’histoires que de personnes impliquées – chaque rencontre, chaque expérience est unique, dépend d’un moment, d’un état, d’une succession de coïncidences. C’est sûr que ces dernières années, à fréquenter des personnes bis, des couples ouverts, échangistes ou polyamoureux, les opportunités se sont crées un peu plus facilement pour moi. Pourtant, il y a toujours des surprises, comme ce couple d’amis qu’on connait depuis des années et avec qui ça dérape un soir – ce qui s’est passé entre eux, je ne sais pas, l’essentiel étant le bon souvenir qui reste et le fait que ça nous a vraiment rapprochés. L’option des sites de rencontre, des forums ou des réseaux comme 3nder (pas encore testé) permet déjà de rencontrer des gens qui seraient dans le même état d’esprit. En tant que fille qui cherche un couple, c’est assez simple – en fait c’est même assez horrible d’être sur un site en affichant cette préférence. En tant que couple qui cherche une fille, well, ça prend un peu plus de temps mais ça fonctionne aussi. Enfin, il reste l’option la plus classique – je crois – les rencontres hasardeuses, ou bien l’entourage « connu ». Si on est à l’aise avec le principe de coucher avec un.e ami.e, et qu’on sait que cette personne pourrait être à l’aise avec nous, il suffit de créer un contexte qui puisse déraper (oui, l’alcool, avec modération, est un puissant contexte).

savages

Il n’y a pas de règle, si ce n’est de se laisser aller. De communiquer, aussi, parce que c’est fort possible que la fille qui vous sourit depuis le début de la soirée lui plaise aussi. Je trouve personnellement que draguer en couple est un puissant aphrodisiaque. Et tant qu’à en parler avant que ça n’arrive vraiment, on peut très bien intégrer une tierce personne dans des fantasmes de couple, simplement en en parlant, en l’intégrant dans des jeux érotiques, en imaginant ce qu’on ferait ensemble.

Il y aurait encore beaucoup à dire sur les expériences à trois, ou plus. Parler de précautions élémentaires – port du préservatif, changer celui ci entre chaque partenaire, éviter de partager un sextoy entre plusieurs personnes, et bien sûr, l’hygiène de base ; de sentiments – oui, on peut avoir une relation à trois, pas simplement une nuit… ; de positions, de sensations… Pour un couple en relation exclusive, c’est aussi une expérience assez particulière qui peut entraîner bien des évolutions (je connais beaucoup de couples ouverts ou échangistes qui ont commencé comme ça). Cet article est déjà bien long, mais j’espère qu’il sera intéressant et enrichissant pour certain.e.s !

N’hésitez pas si il y a des remarques ou questions, j’essayerai d’y répondre ou d’approfondir dans un prochain billet.

(1) C’est marrant mais quand on regarde les films, c’est plus souvent des expériences fille-mec-mec qui sont mis en scène… Alors que dans le porn, c’est inverse.

Note : j’aurais aimé vous proposer des articles à lire pour approfondir ou vous donner d’autres avis, mais je n’ai pas trouvé grand chose sur le sujet… si vous avez des posts intéressants à partager, faites le dans les commentaires ! Merci 🙂 

3 Commentaires

  1. Comme une image

    Ton billet dit beaucoup de choses importantes : l’harmonie qui doit s’établir entre 3 personnes au lieu de 2, l’accord qui doit exister entre le couple invitant (dans le cas où c’est une combinaison 2+1 et pas 1+1+1), etc.

    Ce que ne dit pas ton billet, c’est ô combien l’expérience peut être érotique, lorsque l’harmonie est au rendez-vous et que les deux partenaires du même sexe sont bi (ce qui est un plus mais n’est pas non plus une obligation).
    Oui, si un des partenaires est jaloux, ça peut être très décevant (je crois que le peu d’intérêt que montrent les hommes pour le trio HHF vient de leur crainte d’avoir un « rival » – le concours de bite n’est pas loin) mais quand l’harmonie est au rendez-vous, ça peut être vraiment très fort la façon dont l’harmonie circule.

    Pour moi qui en ai vécu un certain nombre, souvent comme invité, parfois comme invitant, j’ai une préférence marquée pour les trios HHF que je trouve plus « énergiques », peut-être plus « pornographiques » (la femme pouvant diversement accueillir deux sexes d’homme simultanément). Mais le trio FFH a aussi ses avantages (pour l’homme : être au centre des attentions – enfin, pas tout le temps !) et aussi parce que certaines de mes amantes s’y prêtaient plus (je crois que j’ai du nez pour trouver les bons accords à trois 🙂

    J’ai commencé les trios très tôt puisque mon dépucelage s’est fait avec un couple !
    Ce que je n’ai jamais vécu, en revanche, c’est d’inviter un(e) troisième au sein de mon propre couple (quand j’invitais, c’était avec une amante) et donc j’ai moins pu juger de l’impact émotionnel de voir l’être aimé avec un(e) autre (même si ça m’est arrivé à la marge avec quelques amantes dont j’étais vraiment épris).

    Répondre
  2. Ludovic

    Merci pour ce super article, et je pense en effet que dans la réalité, les trio HHF sont plus courants que ce que laisse penser le porn.
    On nous a envoyé ce super texte récemment justement : https://www.gentleapp.com/blog/trio-grace-soiree

    Répondre
    1. Ludovic

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *